Westie Babies - Le Blog

Le Blog

West coast swing Experiences

Les 10 choses que j'aurais aimé savoir en commençant le West Coast Swing

Pauline Lagarde

8 min de lecture

Les 10 choses que j'aurais aimé savoir en commençant le West Coast Swing
Photo by Ian Schneider / Unsplash

Nous avons tous dû à un moment ou à un autre commencer notre apprentissage du West Coast Swing. Pour ma part j'ai débuté grâce aux cours de danses de couple que je prenais à la fac, et dès les premières initiations de West, ce fut une révélation : le West Coast sera MA danse. Toutefois, je m'étais lancée dans cette aventure sans réellement savoir à quoi m'attendre.

Nous nous sommes donc dit chez Westie Babies que nous allons vous partager les dix choses que nous aurions aimé savoir en commençant le West Coast, pour que les débutants actuels ou futurs puissent avoir une idée de ce que danser le West Coast implique.

1. Long ton apprentissage sera

A la différence des autres danses de couple pour lesquelles au bout d'une heure ou deux de cours nous pouvons à peu près nous débrouiller en soirée, le West Coast nécessite une durée d'apprentissage très (très) longue. Il faudra en effet bien plusieurs mois de cours avant d'être à peu près à l'aise en soirée, tellement les notions propres à cette danse sont complexes à comprendre et à mettre en pratique.

Je me souviens qu'à mes tous débuts dans le West Coast, je ne restais en soirée seulement qu'une heure ou deux, en ne dansant au final que très peu. Pourtant, j'étais épuisée tellement le niveau des autres danseurs étaient élevé par rapport au mien et tellement je me rendais compte qu'il y avait des choses que je ne maitrisais pas et que je devais encore apprendre. Peut-être étais je à l'époque masochiste mais en tout cas je me suis accrochée et je n'ai jamais abandonné, ce qui m'a permis de très bien progresser.

2.De ta pratique ta progression dépendra

Ne vous découragez pas en lisant le point précédent car cela m'amène justement au plus important : plus on pratique, plus on progresse. Même si je vous ai donc dit que vos premières soirées risquent d'être laborieuses, je ne vous enjoins absolument pas à les sécher, bien au contraire ! La persévérance et l'assiduité sont les clés pour progresser dans la danse.

A peine mes premières initiations en poche, je suis tout de suite allée danser en soirée. Bien sûr, au début cela ressemblait plus à Koh Lanta qu'à Danse avec les Stars, mais cette plongée en direct sur le terrain m'a permis de mettre tout de suite en pratique ce que j'apprenais en cours et j'ai également pu danser avec plein de partenaires avec des styles et des connexions très différents. C'est donc très formateur mais il faut quand même un peu de courage et il faut s'accrocher au début.

Moi au début vs moi maintenant (approximativement)

Voici donc mon conseil pour les petits nouveaux : n'attendez pas trop pour aller en soirée, allez-y avec des amis pour ne pas vous sentir dépassé et pour être soutenu, n'hésitez pas à inviter les gens, et surtout, ne vous excusez pas d'être débutant ! Vous pouvez utiliser notre petite astuce du bingo dont nous vous parlions ici pour vous entrainer à danser avec les meilleurs ;)

3.En progressant de plus en plus tu travailleras

Nous avons donc vu que plus on danse, plus on progresse. Chouette ! Il suffit donc de beaucoup sortir et danser en soirée et on se retrouvera en deux temps trois mouvements Champion. Que nenni malheureux !! Il est vrai que plus on a l'occasion de pratiquer, plus on devient meilleur, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. En effet, plus on progresse, plus on se rend compte qu'il y a une foule de choses à apprendre et à travailler dans sa danse. Cela peu sembler décourageant au début quand on se rend compte de l'immensité des éléments que l'on ne maitrise pas encore, mais notre progression se fait palier par palier. Il ne faut donc pas se décourager et il faut persévérer, comme nous l'avons décrit dans cet article. Au final, cela est très plaisant de découvrir notre évolution au sein de la danse, de se retourner à un moment sur son parcours de danseur et de voir tous les progrès que l'on a fait au fil des années.

D'une "simple" figure découle énormément de notions à travailler

Pour ma part, même après cinq années de West Coast, j'ai l'impression que c'est hier que j'ai commencé à danser tellement je vois le nombre de choses qu'il me reste à apprendre. C'est pour moi ce qui constitue une partie de la magie du West Coast, le fait de se dire que même après des années de pratique, on peut toujours évoluer et se perfectionner, et qu'on ne sera au final jamais lassé de cette danse car il y aura toujours quelque chose de nouveau à acquérir. Cela est vertigineux et très motivant à la fois.

4.De la confiance en toi tu acquerras

Le West Coast, comme toute discipline sportive, est un gros booster de confiance en soi. Même si l'on est timide lorsque l'on commence la danse (ce qui était mon cas, et qui l'est toujours un peu), on sera au fur et à mesure de plus en plus confiant, et ce pour plusieurs raisons. Le fait de voir ce dont on est capable physiquement et mentalement, en interagissant avec d'autres personnes, en se mettant en scène lors de shows ou de compétitions et en prenant conscience de son corps et de ses capacités physiques, permet de se sentir plus à l'aise et plus en harmonie avec soi-même. De plus, cette activité nous fait travailler notre souplesse, notre cardio et notre gainage.

Il a été également prouvé que la pratique de la danse libère des hormones favorisant notre bien-être psychologique, comme la dopamine, molécule du plaisir et de la récompense, et l'ocytocine, molécule de l'attachement envers les autres. Les hormones de stress se trouvent en plus réduites. Un excellent cocktail pour sortir heureux et épanoui de sa soirée danse !

5.Tes propres variations tu créeras

Voici une phrase que l'on va tous entendre au moins une fois au cours de notre parcours de danseur de West : il n'y a pas d'erreurs, que des variations. Bien sûr pour cela, il faut maitriser les bases propres au West Coast, connaitre les figures élémentaires, avoir son cadre, un bon timing, ne pas brutaliser son partenaire, mais une fois que tout cela est maitrisé, un terrain de jeu infini s'offre à nous. En étant à l'écoute de son partenaire, qu'il soit leader ou follower, et de la musique, il est possible de créer quelque chose de totalement nouveau à chaque danse.

J'essaye de me rappeler régulièrement d'une phrase que Victoria Henk avait dite lors d'un workshop dédié au styling :

"Du moment que vous avez votre cadre et que vous êtes dans les temps, tout ce que vous faites est juste si c'est assumé".

Cette citation me sert de mantra pour stimuler ma créativité au sein de la danse. En bonus, voici une vidéo de Victoria et Neil Joshi pour vous donner une idée du niveau de créativité que l'on peut ajouter à son West.

6.Des amis cosmopolites tu auras

Outre la danse et les sensations qu'elle procure, ce qu'il y a de génial avec le West Coast, c'est les gens que l'on y rencontre. Même avec le nombre d'events qu'il y a aux quatre coins de la planète, le monde du West Coast est au final un microcosme. Il arrive très vite que l'on retrouve les mêmes personnes d'un event à l'autre, même s'ils ont lieu dans des pays différents. Au fur et à mesure des events, il est tout à fait possible de tisser des liens avec des gens du monde entier. On peut ainsi très vite se retrouver à discuter et à devenir ami avec des danseurs de Norvège, d'Israël, de Pologne, d'Allemagne, des USA, ce qui est ultra enrichissant culturellement parlant.

7.L'anglais tu pratiqueras

Cela m'amène au point suivant : mieux vaut savoir se débrouiller un peu en anglais quand on danse le West Coast ! Il est tout à fait possible de ne pratiquer que le français et de rester danser en France si on le souhaite, mais à mon humble avis, on se prive d'une part importante de cet univers. Comprendre la langue de Shakespeare est utile pour participer à des events internationaux et pour interagir avec des danseurs étrangers, comme je l'ai dit plus haut, mais cela peut également booster votre niveau de danse. Vous pourrez par exemple découvrir d'autres pédagogies en prenant des cours avec des professeurs étrangers, et vous pourrez également utiliser toutes les ressources présentes sur le web, que ce soit des articles, des vidéos ou des discussions en ligne avec des profs.

You know what you have to do... ;)

8.Les genres figés tu déconstruiras

Un des autres points forts du West Coast (oui cet article n'est pas très objectif, vous l'aurez compris), c'est que les genres ne sont pas enfermés dans un rôle, et c'est une tendance qui se développe de plus en plus dans le West actuellement. Il est tout à fait possible de voir des femmes leader ou des hommes follower, d'autant plus que maintenant les compétitions WSDC autorisent les danseurs à concourir dans leur rôle non dominant en allant dans la division en dessous de celle de leur rôle prédominant.

Un exemple d'homme faisant follower (Dimitri Hector)
Un exemple de femme faisant leader (Samantha Buckwalter)

Notons également l'existence du switch, qui consiste au sein d'une même danse à régulièrement échanger les rôles de leader et de follower entre les partenaires. La vision old school des danses de couple dans lesquelles les filles se contentent de suivre ce que les garçons guident n'est donc pas de mise pour le West Coast !

Une de mes vidéos switch préférées

9.Confortable tu seras

C'est un des éléments sur lequel il y a souvent des petites piques entre un des mes amis lindy-hopper détestant tout ce qui a trait au West Coast et moi-même. Cet ami (oui malgré son désamour du West Coast je le garde au sein de mes amis, je suis un ange de tolérance voyez-vous) nous reproche souvent à nous westies de nous habiller, je le cite, "comme des sacs".

Crédit @sir_westington_memes

Il est vrai que si l'on compare nos tenues à celles des lindy-hoppers, toujours très classes et vintages, nous sommes un peu plus "relax". Bien sûr de temps en temps des modes apparaissent, comme celles des bottes ou des hauts à lacets, mais globalement, les tenues des westies sont moins codifiées que celles des autres danses, l'essentiel étant de danser avec ce qui est confortable pour nous. Cela représente l'avantage de ne pas se ruiner pour une tenue particulière et de pouvoir s'habiller avec notre propre style.

10.Etre à la page tu devras

Le West Coast Swing est une danse en perpétuelle évolution, que ce soit au niveau des musiques ou des styles de danseurs. Si l'on veut rester à la page, il est donc recommandé de se tenir informé des différents courants que prend le West Coast en regardant les nouvelles vidéos diffusées ou en écoutant les nouvelles musiques qui pourront passer en soirée.

Je vous laisse avec deux vidéos de Robert Royston avec presque 30 ans d'écart entre chacune pour que vous ayez une idée du chemin que la danse peut parcourir (ainsi que celui de l'évolution vestimentaire et capillaire !).

Robert Royston et Laureen Baldovi-Mason en 1996
Robert Royston et Chantelle Pianetta en 2022

En conclusion, voici donc mes conseils à ceux débutant le West Coast : allez danser dès que vous le pouvez, parlez et échangez avec les gens présents et entourez-vous de personnes bienveillantes pour avoir l'expérience de danse la plus enrichissante possible !

Écrit avec passion par ...

Pauline Lagarde
Pauline Lagarde

Paris

Expatriée dans la capitale, elle n'en oublie pas pour autant ses racines alsaciennes et revient fréquemment sur Strasbourg pour danser et surtout pour martyriser Adrien.

Partage l'article